Tranche de vie

Je suis Maman

Petite maman…

Ce dimanche 30 mai 2021 sera gravé à jamais dans la liste de mes dates marquantes. Il faut dire que je l’attendais avec impatience et ça a une saveur particulière. C’est la fête des Mères et surtout c’est ma première fête des Mères en tant que maman.

Ma promesse…

Comme beaucoup de gens, je suis de ceux qui se sont promis de faire différemment des parents. Cette promesse, je me la suis rappelée à chaque mise en garde pour certaines fréquentations, à chaque obligation d’éteindre la télé, à chaque sortie qu’on m’a interdite, à chaque repas sain qu’il fallait manger, à chaque truc « cool » de jeune dont je n’avais pas le droit, à chaque remontrance pour « pas grand-chose », à chaque corvée qu’il fallait exécuter de suite, et la liste est encore bien longue.

Ben oui, les parents, ça ne comprend rien. Et moi je serai une maman cool, moins sévère, plus zen.

Pendant longtemps, je me suis projetée dans ce rôle de maman. Avec le recul, je me rends compte que je me suis surtout imaginé être plus une copine qu’une mère. Cela je l’ai compris à la seconde où à l’échographie, j’ai entendu battre le petit cœur de mon bébé.

Ma réalité...

Ce jour-là, j’ai tout de suite compris que je ne tiendrai pas cette fameuse promesse. Je ne serai pas cette maman cool, moins sévère et plus zen. J’ai su qu’à mon tour, comme ma maman, je serai celle qui la mettra en garde contre certaines fréquentations. Comme ma maman, il y aura des heures pour les écrans. Comme ma maman, il y aura des limites et je serai probablement moi aussi celle qui ne comprendra rien.

Mais, ce n’est pas grave. Parce que comme moi, en grandissant elle comprendra...

Elle comprendra que ses fréquentations structureront la personne qu’elle va devenir. Que la discipline et les limites l’aideront à mieux affronter la réalité de la vie d’adulte. Que manger sain est important. Que les futilités passent, il faut se focaliser sur l’essentiel. Que les « pas grand-chose » sont parfois les bases. Surtout, elle comprendra que sa maman c’est celle qui la suivra toujours de près ou de loin. Parfois, elle sera devant pour guider, derrière pour pousser. Parfois, elle tiendra la main juste pour accompagner. Certaines fois, elle sera sur le côté, pour observer et applaudir. Elle comprendra que maman ne sera jamais une copine, là n’est pas son rôle. Mais maman sera plus que ça, elle sera tout.

Chère Maman…

En ce jour spécial, comme tous les autres jours, je le dis et ne cesserai de le dire. Merci, Maman, je t’aime. Il paraît qu’on ne peut donner que ce que l’on a. J’ai tellement reçu de toi, qu’à mon tour je ne peux que tout donner à ma fille. Et ça, c’est grâce à toi. Encore une fois, merci, Maman, je t’aime.