Entreprendre

Diary Nofy, Le carnet des rêves à Anjezika

Le carnet des rêves

En 2019, j’ai eu l’opportunité de réaliser un de mes petits rêves. Celui, d’écrire une histoire et d’être publiée. Cela s’est fait, un peu par hasard, grâce au concours d’écriture organiser par Teach For Madagascar. Réellement persuadée que les enfants sont notre avenir, je me demande souvent comment je peux participer, à mon échelle, à façonner un meilleur futur. À l’annonce des résultats, j’étais heureuse d’avoir été sélectionnée avec quatre autres auteurs merveilleux, sans mesurer réellement l’impact de ce projet incroyable.

Tout commence par une histoire...

Diary Nofy avant tout est un livre des rêves. Celui de rendre l’éducation accessible à tous les enfants de Madagascar. Particulièrement les enfants dans les milieux les plus précaires. Pour ce faire, ils ont lancé un concours sans précédent, afin de proposer des contes qui parlent aux enfants malgaches. À l’issu du concours, cinq contes avec des messages forts sont publiés et distribués auprès de 25 000 élèves des écoles primaires publiques réparties dans tous Madagascar. Pour en savoir plus sur ce projet, cliquez ici.

Un hommage à un grand Homme…

Pour ma part, je suis l’auteure du conte intitulé « La quête de Lé Bozaka ». Inspiré de la vie de mon grand-père, ce conte est un hommage à cet homme que j’admire énormément. Comme je ne manque jamais de souligner, je suis plus que consciente que je vis la vie que j’ai en ce moment, en partie parce qu’un jour un petit gars de la brousse profonde à décider de réaliser son rêve. Ce rêve, il l’a fait pour lui, mais surtout pour le village rural d’Anjezika, dans le district d’Ankazobe. Village d’ailleurs où se déroule l’histoire et d’où l’on vient également.

Comme un clin d’œil à ce grand homme et pour apporter ma petite pierre au développement de ce village pour lequel il s’est démené toute sa vie, je suis reconnaissante à TFM de compter l’EPP d’Anjezika à la longue liste des bénéficiaires du projet Diary Nofy.

Un échange au terme duquel on est plus la même personne…

C’est donc ce mois-ci que j’ai vécu l’une des expériences les plus bouleversantes de ma vie. Je suis heureuse d’avoir pu effectuer la distribution des livres aux 151 élèves de l’EPP d’ Anjezika. Pendant cette distribution, on a pu partager avec eux des séances de lecture, d’écoute et des ateliers d’échanges sur les différents thèmes abordés dans le livre notamment celui de « toujours oser rêver et d’oser poursuivre ses rêves. ».

Un enfant pour nous enseigner la vie…

On a rencontré des enfants qui ont soif d’apprendre, malgré la difficulté d’accès à une éducation de qualité. Des enfants qui continuent de croire dur comme fer à ce système scolaire, malgré les lacunes évidentes qui nous sautent aux yeux. Des enfants qui rêvent d’ailleurs ; et qui pourtant ont été très surpris d’apprendre qu’il y a eu avant eux, d’autres enfants sortis de cette même école qui ont pu réaliser leurs rêves. Des enfants qui n’hésitent pas à faire pour certains 12km à pieds pour aller à l’école. Mais surtout, des enfants qui ont vécu ces quelques jours de partages et d’échanges comme un vrai cadeau. C’est à ce moment-là que j’ai mesuré l’impact de ce projet incroyable.

Une histoire… une magie… des rêves...

Le temps de quelques heures, ils ont pu ouvrir leurs horizons et se rendre compte d’autres possibilités. De prendre conscience de l’importance de savoir lire et écrire et de ce que ça pourrait leur apporter concrètement. Par la même occasion, de semer dans leurs esprits l’amour de la lecture et des histoires pour s’évader du quotidien et d’élargir leurs perspectives.

Rien que pour ça, un grand merci à toutes les personnes qui ont œuvré pour l’aboutissement de ce projet, je souligne particulièrement toute l’équipe de TFM, de Friends of Madagascar, de la team Diary Nofy et de tous les sponsors. Vous êtes des faiseurs de rêves, des semeurs d’espoir et certainement des magiciens pour ces enfants. Voir ces petits yeux pétiller de bonheur et de curiosité a été merveilleux. Et une grosse leçon d’humilité pour nous.

Merci merci merci…

Je tiens ici, à rendre également un vibrant hommage aux enseignants dans ces écoles, notamment RAZANARISOA Mialitiana, la directrice de l’EPP Anjezika et son équipe. Partager un peu de leurs quotidiens, nous a permis de mesurer tout le dévouement dont ils font preuve dans leur rôle auprès des élèves. Et ceux malgré une école tenue à bout de bras, le manque d’infrastructure et de fournitures, un réel problème de pédagogie et leur lacune. D’ailleurs, ils nous ont transmis leurs besoins au cas où des personnes bien intentionnées souhaitent les soutenir dans leur mission. Dans leur liste, une requête m’a particulièrement touché, celui de vouloir être formé afin de mieux aider les élèves. Si jamais, vous voulez participer à changer l’avenir du pays, n’hésitez jamais à commencer avec les enfants et à soutenir l’éducation.

Ensemble, on va plus loin…

Je n’oublie pas non plus de remercier la petite équipe qui a assuré la distribution avec moi. À commencer par JOELIARIVONY Ny Tsiory Landirado qui a participé activement aux ateliers. Et qui à travers son entreprise « My little world » a généreusement offert le goûter aux enfants et aux enseignants. Ces petites gourmandises ont régalé les papilles de tout le monde et par la même occasion leur ont fait découvrir des choses toutes nouvelles pour eux.

Un grand merci aussi à cet homme merveilleux qui a organisé toute la partie logistique de cette distribution et qui me soutient au quotidien, mon mari Eric. D’ailleurs, ceci n’aurait jamais pu se faire s’il ne m’avait pas mise au défi d’écrire « La quête de Lé Bozaka ».

…Avec un livre, on a plus de limite

Toute ma gratitude également aux autres auteurs du livre. Quatre belles plumes qui ont emmené les enfants loin de leur quotidien. Surtout, quatre personnalités inspirantes qui sont devenues des amis et avec lesquels je prends plaisir à partager notre passion autour des livres, de l’écriture et de l’art en général. Irma Larroque RAHARINANTENAINA auteure de « Harena ny Ala », Tojonantenaina Yannick ANDRIANAMBONISOA auteur de « D’où vient le vent », Antsa FIDISOA auteure de « Bemakely sy ny savika », et Ravaka MIHAMINA auteure de « Les six villages ennemis ».

De beaux projets en perspectives…

Enfin, et non des moindres, bien qu’ils ne verront probablement pas cet article, j’ai une pensée particulière aux élèves qu’on a rencontrés. Le temps d’un échange, ils m’ont appris énormément de choses sur la vie. Voir le monde à travers leur regard était un partage tellement enrichissant. Et cette expérience va certainement aboutir sur une aventure humaine, qui j’en suis certaine va nous dépasser. Qui sait, peut être réaliserons nous quelques rêves d’enfants. Mais, je suis superstitieuse, on vous racontera ça le moment venu. 😉

Pour d'autres témoignages de déclics :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *